Détails sur l’Ânerie

Détails et précisions sur :

  • L’Ânerie, les formations, l’hébergement, l’inscription
  • L’Ânerie : la maison
  • Les gens, les longues zoreilles
  • Pour aller à l’Ânerie

logo-anerie Les formations

La raison sociale  » L’Ânerie  » date de 1980 : création de la première location d’ânes bâtés pour randonnées pédestres. Les randonnées ont été arrêtées en 1998 (passage de l’A20 à proximité).

Le premier stage de formation a eu lieu en 1994 et a ouvert la possibilité de prise en charge, d’abord au nom de Claude Lacuche, puis à celui de Martine Jouclas (-Lacuche) en 2002, puis à l’Unâp en 2012.

Toutes les formations s’adressent à des adultes (entre 3 et 8 sauf cas particuliers) de tous âges. Un stage peut être annulé s’il y a moins de 3 personnes inscrites une semaine avant le début du stage, ou ‘dédoublé’ s’il y a plus de 10 personnes.

Bien que ces formations aient un but professionnel, elles sont ouvertes à tous et il n’est pas nécessaire de connaître l’âne pour y participer.

Plusieurs professionnels interviennent selon leur spécialité.

Cours du lundi matin au vendredi, 9h-12 et 14h-18h en principe et au moins, car on discute beaucoup pendant les repas et souvent tard le soir !

 

logo-anerieL’hébergement :

Le forfait de pension complète (195€) inclut le repas du dimanche soir et le petit déjeuner du samedi matin.

Au coup par coup, compter 12€ par repas (complet) et/ou 15€ par nuitée.

Pour un couple, compter moins 50€ sur le total de la pension pour 2 (195 x 2 – 50 = 340€)

et/ou 145€ de pension pour la semaine pour un accompagnant n’assistant pas aux cours mais dormant dans le même lit,

et/ou 195€ pour un accompagnant dans une autre chambre (s’il y a la place, les stagiaires étant prioritaires).

Merci d’apporter vos draps (en 140) et linge de toilette si vous venez en voiture. Nous les fournissons à ceux qui arrivent en train 😉 (ou qui ont oublié).

Pas de tenue spéciale à prévoir si ce n’est des chaussures confortables pour marcher en terrain varié et des vêtements adaptés à la météo et peu fragiles : le foin et les poils s’accrochent partout !

logo-anerie L’inscription

est acquise à la réception des arrhes soit environ un quart du total (soit 120-150€ pour 1 personne pour 1 stage). Il est prudent de téléphoner ou mailer avant pour vérifier s’il y a encore de la place.

Les arrhes ne peuvent être remboursées qu’en cas de désistement du stagiaire signalé par courrier recommandé plus de 30 jours avant la date de début du stage.

Dans le cas d’annulation d’un stage par l’Ânerie, les arrhes versées restent valables pendant 12 mois pour le même stage à d’autres dates du planning.

L’Ânerie accepte les chèques vacances : www.ancv.com

 

logo-anerie La maison :

– C’est une ancienne ferme quercynoise, éternellement en cours d’aménagement et de restauration. C’est surtout une grande maison bien vivante, simple, accueillante, joyeuse et chaleureuse. Martine y vit depuis plus de 40 ans, très souvent avec les amis de passage ou voisins, toujours avec les ânes et les chevaux, chien(s) et chat(s).

  faces nord et ouest bien givrées

la cour en fin d’été
vue magique vers le grand sud de la terrasse ‘du bout’

Tableau de la face sud, (sellerie à gauche) accroché dans la salle à manger, peint par Valérie pour l’anniversaire 2017 de Martine. On  note la nouvelle clôture, avec des ‘vrais piquets’… et des feuilles même en février !

L’ambiance des stages est toujours agréable : L’âne est un sujet commun d’intérêt et de passion, et l’expérience prouve que les gens qui s’intéressent à l’âne sont un peu comme lui : conviviaux, tranquilles et plutôt joyeux, attentifs aux autres et respectueux des différences.

apéro à l’ombre du tilleul

Les repas se prennent selon l’humeur du temps à la grande table de l’ancienne bergerie ou dans la cour à l’ombre du tilleul. La terrasse ‘du bout’ à la vue magique accueille souvent ‘l’apéro’. C’est généralement Martine qui est aux fourneaux, souvent aidée par l’un ou l’autre, pour une cuisine familiale (forcément !) simple et gourmande. Il y a toujours assez de choix pour se nourrir correctement même en cas de régime spécial.

Pour dormir, les stagiaires se partagent entre la chambre ‘en bois’, pour 2 personnes (un grand lit et un petit)

et le studio ‘de la terrasse’, pour 2 ou 3 personnes (1 grand lit et un petit) avec une chambre dans le grenier, qui ont leur propre salle douche-lavabo-wc,

et les chambres du grenier (‘la verte’ pour un couple et ‘le dortoir’ pour 3 personnes) qui se partagent salle d’eau et wc ‘d’en haut’ (tous les wc de la maison sont à broyeur).

 

le dortoir pour 3 personnes                 et la petite chambre verte

Merci d’apporter vos draps (en 140 car « qui peut le plus… ») et votre linge de toilette si vous arrivez en voiture. Nous pouvons les fournir pour celles ou ceux qui viennent en train et portent leurs bagages… ou auraient oublié.

– Il y a aussi amplement la place de planter la tente ou de garer et brancher un camping-car prés de la maison.


logo-anerie Les gens :

Devant à gauche : Martine. Devant à droite : Vivi-âne. Le découpeur (en 14 portions, instant grave !) c’est Patrick-le-maréchal. A sa gauche en rouge, Mag de Rand’O Pas d’Âne. Au fond, le feu dans le cantou.

Martine Jouclas est bien connue des âniers : elle a avec Claude Lacuche, lancé les premières randonnées avec ânes bâtés en 80, basées sur un élevage d’ânes communs et une formation cheval d’extérieur. Il en a suivi la présidence de la FNAR puis d’ÂMan et actuellement de l’Unâp. Elle est l’auteur de livrets sur l’âne (voir page « livrets ») et d’articles dans la presse spécialisée.

Une authentique passionnée qui ‘pense âne’.

 

et qui est souvent au téléphone…

Patrick est maréchal-ferrant depuis plus de 30 ans et s’est spécialisé dans l’âne.

Une douce et forte personnalité, un peu hors du temps, bourrée d’humour et de cœur.

Mag a ‘changé de vie’ et ouvert Rand’O pas d’Âne, une location d’âne… chez Patrick. Ils habitent dans le vallon, à une petite heure à pied de l’Ânerie.

Une douce et forte personnalité, comme Patrick, particulièrement sensible et joyeuse !

à gauche en rouge : Martine. à sa gauche : Serge ‘des chevaux’ ,formateur en attelage. Au fond à droite, Mag (Rand’O pas d’Âne) et à sa gauche, Patrick le maréchal-ferrant.

 

Nicolas compète son activité de maréchalerie en produisant des céréales et du foin. C’est lui qui ferre les chevaux.

A la fois joyeux et bourru et… disponible pour ses amis.

Daniel a créé « Bard’âne 46 » il y a une 20aine d’années. Ânier autodidacte, il a proposé des randonnées avec ânes bâtés pendant 15 ans mais travaille maintenant surtout en attelage de loisir.

Une indépendance tout sourires !


Anne Marie de L‘Âne à Marie 87  

  intervient sur la médiation asine lors de Chuchot’âne.  Aussi efficace que joyeuse !

                     

Frédérique et Michel de Traits d’Ânes 19

                se spécialisent dans la traction (débardage) et le portage pour Michel et l’asino-médiation pour Frédérique (les 2 pratiquent les 2 !). Ils interviennent dans des formations à l’Ânerie et chez eux : Traits d’Ânes 19.

Encore des passionnés solides et rêveurs, bosseurs et rieurs !

Bernard Lacuche est sellier-bourrelier. Il a créé plusieurs types de bâts pour âne. Il les réalise sur commande, ainsi que des selles ou tous autres articles en cuir. Il est maintenant reconnu  ‘Maitre Artisan Formateur’ et propose des formations ‘cuir’, pour le plaisir et/ou devenir pro.

Artiste dans l’âme et les doigts, passionné, plein d’humour, mais organisé !

Signes particuliers et communs : aiment rire et ne se prennent pas au sérieux tout en sachant l’être, et sont passionnées par les longues oreilles.


logo-anerieLes longues oreilles à l’Ânerie :

Poncho et Pradel, Gaïa LA jument, Pédro le blanc et Trotro le tout noir, Soleil et Escamp le petit, Fabio le grand gris, Pocket et Gino les frères, Marius et Bled les vieux, au ‘petit déj’ du solstice d’hiver de 2016.

    Foin pour tous dans le désordre et dans le calme avec la brume de beau temps d’hiver qui monte de la vallée du Lot (à gauche) en suivant les vallons de la vallée de Nouaillac.

Bled, tête à droite, 35 ans ?, ‘le Papy’, est éternellement amoureux de la jument, Gaïa ayant remplacé Anadia en 2014. Il sait tout faire aussi, surtout garder son grand calme. Il est maintenant trrrrès vieux…

Marius, tête à gauche, né à l’Ânerie, 25 ans, a été castré à 7 ans et a eu des petits. Il sait tout faire, en particulier aller se balader sans autorisation (!). Forte et bonne personnalité, il est volontaire et… blagueur.

Pedro, 15 ans, acheté en mars 2010 est très repérable par sa couleur blanc-rosé-mal-lavé et par son ‘chant’ aussi tonitruant que fréquent. Il sait tout faire maintenant et prend le relai des seniors.

Pédro, roule bien à droite !

Soleil, ‘le blond aux cheveux longs’, acheté à la foire à Maurs en 2014, 10 ans, apprend en douceur son boulot ‘d’âne-école’. Il a du être éduqué ‘au susucre’ car il cherche à fouiller dans les poches, et insiste !

    Soleil, le ‘blond’ aux ‘cheveux’ longs

Trotro, 5 ans, est bouchard et zain (donc complètement noir), particularités rares chez un âne. Il est parfaitement gentil, d’aplomb, sans problème ! Il copine bien avec Pedro, ils font une paire contrastée !

Trotro, Escamps, Gino et Pocket, Soleil et Pedro (« oui-oui, on monte ‘à la maison’, coooool… et on souffle, fff, ça grimpe ! »)

Gino et Pocket, ‘les doux frérots’ de 7 et 8 ans, sont arrivés le 1er janvier 2015 et s’adaptent en douceur à la vie communautaire, pardon, en  troupeau.

à la fenêtre de la sellerie-salle de cours

Escamp est le bébé, arrivé à l’automne 14 à environ 6 mois. Il s’est bien adapté à ses  nouveaux compagnons et a pris la jument comme maman d’adoption. Ils forment une paire  aussi ‘parallèle’ que dépareillée !

Escamp et Gaïa

Escamp est le nom d’un village du Lot, et ‘il’ est né l’année des ‘E’.

Paco et Barbabé sont arrivés en février 17, habitués au ‘pain-pain-susucre’, ils s’adaptent tranquillement à leur nouvelle vie un peu plus collective.

Gaïa, la jument barbe-arabe, est arrivée en mars 14, pour ‘remplacer’ la vieille Anadia morte à l’automne. Elle a ‘un foutu caractère’ mais est à la fois très gentille. Elle sait très bien exprimer surtout ce qu’elle ne veut pas, en particulier partager sa gamelle avec qui que ce soit.

Martine et Gaïa au soleil couchant, XII.16

Poncho et Pradel, les inséparables, coulent une retraite tranquille depuis février 2016, en nous offrant avec Gaïa, les plaisirs d’une belle balade de temps en temps.

Curieusement, les chevaux qui n’ont pas été choisis mais confiés, sont blancs tous les 3, ce qui est très pratique pour les repérer ‘dans la nature’ alors que les ânes s’y fondent ;-).


logo-anerie Pour aller à l’Ânerie


L’Ânerie est située au hameau de La Devèze sur la commune de Cours (à 5km de Cours), à 12 km au Nord-Est de CAHORS sur la D7 entre Constans et St Michel de Cours et à 4 km de la sortie 57 de l’autoroute A 20.     CAHORS est environ à mi-chemin entre Brive et Toulouse.

L’Ânerie vue du ciel, avec annotations (< clic !)

En voiture (pas de problème de parking !) :
• du nord (Souillac, Brive, Limoges, Paris)
• ou du sud (Caussade, Montauban, Toulouse)

par l’A20 = sortie 57 + 5 km (sortie St Cirq Lapopie, Cahors nord).
Première sortie à 500m du péage et en haut, à droite.                                        20m après, encore à droite. C’est la D49 (avec Francoulès à gauche).
+1 gros km.
***Après être passé par dessus l’A20 et avoir dépassé le panneau St Michel de Cours, prendre à droite au croisement la D7 vers Constans, Laroque des Arcs.
*Sortir de St Michel sur la D7, faire 2 km et prendre à gauche (en haut) : La Devèze, impasse.
Prendre le chemin de terre à l’intérieur de l’Y , la maison est au bout !
Autrement dit : toujours à droite (sortir puis D 49 puis D 7) et une fois à gauche

par l’ancienne RN20 (=D920) : au gros rond point qui est environ à 15 km au nord de Cahors, sortir par la route suivant celle de l’entrée sur l’autoroute. Traverser FRANCOULES tout droit et rester sur la D49 (direction Cours, Vers).
suivre à partir de *** ci dessus.

• de l’ouest par Villeneuve sur Lot
au rond point à l’entrée de Cahors (nord) prendre la RN20 vers Brive. 15km. Au rond point de l’autoroute suivre les indications ci dessus « par la RN20″.

• du nord-est , par Figeac (Aurillac, Clermont-Ferrand)
Viser l’A20 en sortant de Figeac. Y entrer au péage 56, prendre direction Toulouse et sortir à la 57. Suivre les indications  » par l’A20 « .

• de l’est par Villefranche de Rouergue (Rodez)
Direction Cahors. Juste à la sortie de Concots, prendre à droite vers Esclauzels puis St Géry, toujours direction Cahors. A Vers, au petit rond point, prendre la D7 qui monte à flanc de falaise. Traverser Cours. Au croisement à St Michel, prendre à gauche la D7 à gauche vers Constans. Suivre les indications * ci-dessus.

En train : nous viendrons vous chercher à la gare SNCF de Cahors (le Dimanche vers 19h) et vous y ramènerons (sans supplément).
Cahors est sur la ligne Paris-Toulouse.